En suisse, le « counseling » est une approche de bien-être mental peu connue. Cette technique existe depuis les années 1950 aux États-Unis et en Angleterre. Pourtant, peu de personnes connaissent réellement les différences entre la psychiatrie, le psychologie, et le « counseling ».

Un psychiatre est un médecin qui peut diagnostiquer et traiter des maladies mentales en utilisant la psychothérapie et des traitements médicamenteux. Normalement, un psychiatre perçois les problèmes dans un cadre médical.

Un psychologue est quelqu’un avec un doctorat ou un master qui se spécialise en diagnostiquant et traitant les maladies mentales dans le cadre de diverses théories en psychologie.

Poursuivant le même but, le conseiller possède lui aussi un master spécialisé dans son domaine mais aborde des problèmes de la vie de tous les jours en cherchant une dimension sociale plutôt que médicale. L’approche se base sur les interactions entre la personne et son conseiller en l’amenant à exprimer ses sentiments et à identifier des schémas de pensée sur des problèmes usuels de la vie comme le comportement, les émotions, les relations, le stress , l’anxiété, la dépression. etc. Le conseiller va écouter les personnes en posant une cadre à leurs problèmes. Normalement les conseillers ne travaillent pas sur des cas de maladies mentales sévères, c’est ici le rôle des psychologue et des psychiatres.

Pour plus d’information sur le « counseling » en suisse, vous pouvez consulter le site web de l’association suisse du conseil (http://www.sgfb.ch/fr/). Le programme en « counseling » que j’ai suivi à Webster University est reconnu par cette société.